Abruzzo, un paradis entre mer et montagnes.

À peine rentrée sur les bancs de l’université que me voilà déjà perdue dans mes photos de vacances, l’esprit vagabondant dans les hauts sommets de la Majella, flânant sur la plage et, une seconde plus tard, sur les sentiers rocheux.

Havre de paix et de beauté, les Abruzzes ont tout pour plaire puisqu’elles combinent, à merveille, les joies de la côte et les plaisirs de l’altitude.

Situées dans le centre-est de l’Italie, les Abruzzes comptent quatre provinces: L’Aquila, Teramo, Chieti et Pescara ; chacune offrant quantité de merveilles de la nature. C’est toutefois dans la province de Pescara, à 520m d’altitude, que, chaque année, je pose mes bagages pour me ressourcer.

Amateurs de clubs de vacances, de musique autour de la piscine et d’apéros-fléchettes? Vous serez fort perdus! Ici, on se délecte de calme, de sérénité et de vues à vous couper le souffle! Toutefois, les curieux, sédentaires et autres allergiques aux randonnées seront comblés puisque j’ai chaussé, pour vous, mes bottines de marche!

Roccamorice

 Petit village de moins de mille habitants, c’est à Roccamorice que notre périple commence. Située à une quarantaine de minutes de l’aéroport de Pescara, on y accède par une large route de montagne.

Les portes du bourg à peine franchies, la commune nous accueille, entourées de ses trois bars typiques et familiaux.

On y trouve de nombreux habitués attablés sur les terrasses, tapant la carte le sourire aux lèvres, un verre à la main. Ces hommes, d’apparence bourrue, vous regarderont, sans aucun doute, avec insistance. N’y prenez garde: ils s’habitueront à votre présence, d’autant plus vite si vous apprenez les rudiments de la scoppa.

Allez alors au Cafi et demandez un cappucccino et une part de pizza: la meilleure manière de dépenser les deux premiers euros de vos vacances.

 Village particulièrement calme et inanimé, Roccamorice s’éveille l’été venu puisque nombre d’enfants d’émigrés recouvrent la terre de leurs ancêtres durant la période estivale. Toutefois, la meilleure période pour s’y rendre est, sans nul doute, la deuxième moitié du mois d’août, saison des fêtes patronnales qui parent d’habits de lumières de nombreux villages de la région.

À Roccamorice, les fêtes s’étendent généralement du 23 au 26 août avec, le 25 août, l’emblématique procession de Saint Barthélémy.

 Pour y participer, il faut se lever aux aurores. En effet, la randonnée débute à 5h du matin, dans le noir le plus complet. De nombreux pélerins d’un jour se pressent alors sur la route dans une ambiance festive et bon enfant et, après une trentaine de minutes, l’asphalte est abandonnée au profit de petits sentiers rocheux.

 La randonnée commence alors réellement et nous amène, progressivement, au coeur de la montagne, et plus précisément vers le monastère qui abrite, l’année durant, la statue de San Bartolomeo.

Après quelques minutes de repos, la statue du saint est ramenée au village par les marcheurs, qui le portent tour à tour, afin que, lui aussi, puisse participer aux diverses réjouissances (entendez à coups d’Apérol et de prosecco). Nul ne peut alors ignorer le retour du copain Bartolomeo puisque son retour au village est annoncé par de nombreux coups de canon et autres feux d’artifice.

 On trouve à Roccamorice un second monastère de style roman, l’eremo di Santo Spirito, accroché sur le flanc de la montagne depuis le XIe siècle. Armé de patience et d’un bon moteur, on y parvient en une trentaine de minute, pour le plus grand bonheur des yeux.

Ce petit bijou d’architecture joue entre les tunnels creusés à même la roche, les escaliers escarpés mais également avec le coeur de ses visiteurs: acrophobes s’abstenir!

Italiennement vôtre,

Coco