Foire du Livre : Les Editions du Basson présentent une collection printemps-été détonnante !

Découverte lors de la Foire du Livre régional de La Louvière en novembre 2014, c’est très certainement LA découverte éditoriale belge ! Basée à Marcinelle, Les Editions du Basson publient des ouvrages à l’image de ses collaborateurs: parfois touchants, parfois prenants, parfois patrimoniaux mais fort souvent très drôles.

À l’aube de la Foire du Livre 2015, la famille s’agrandit d’une collection printemps-été composée de quatre petites merveilles: deux romans de vie, un roman noir et une chronique surprenante! Je ne vous fais pas languir davantage, passons aux présentations !

Ziska Larouge, Le plus important

Ziska

Antoine, vrai salaud d’une quarantaine d’années est avocat. Appelez-le Maître. Maître Pannier, avec deux n s’il-vous-plaît. Cette appellation l’aide à se sentir supérieur, à garder prise sur le monde qui l’entoure et à parfaire l’illusion d’une petite vie bien rangée. Au titre, s’ajoutent Porsche, femme, belle-fille, secrétaire et maîtresse. Un véritable harem dont, pourtant, il ne se soucie guère. Depuis un bon moment, il ne supporte sa femme, Sophie. Cette greluche qui n’a de cesse de geindre.

Il en va de même pour Lily Rose, la fille de Sophie, adolescente impertinente qui le fait chanter depuis qu’elle a découvert le pot  – ou plutôt le bac – aux roses. De Martine, sa maîtresse, il s’en contente. De Géraldine, sa secrétaire grassouillette, il se moque. Pourtant, le Maître est vu comme un prince tant par ces femmes que par ses employés. Ces derniers n’hésitent d’ailleurs pas à accumuler les heures supplémentaires et il le leur rend bien : pas question de les rétribuer ! Macho des grands jours aux onze orteils, il se joue ainsi de tout et de tous. Jusqu’au jour où il reçoit une lettre qui va tout bousculer… au point de se laisser volontairement interner au sein du d’un service psychiatrique.

Avec Le plus important, Ziska Larouge livre un roman humain, un brin ironique, tissant des liens entre des personnages que bien des choses séparaient. A première vue seulement…

Denis Daniels, 22h22

1799138_379376492240456_7922680695246029146_o

S’asseoir sur un banc aux côtés d’un inconnu, en plein milieu d’une gare en éveil. Regarder les trains passer, les voyageurs monter, descendre, se presser, s’aimer. Et puis, tant qu’on y est, se délecter du récit de cet homme mystérieux. Parce que oui, malgré les apparences, il en a sous le capot: il trimballe, derrière lui, des années de soirées arrosées, d’accumulations de débauches alcooliques et sexuelles en tout genre. Et quand, par bonheur/malheur, il s’en souvient, ça fait des histoires pour la postérité. Vous avez quelques heures ? La journée ? Parfait, il a le causant. Aujourd’hui, il a décidé de tout raconter. Des jours, des mois, des années de sorties : il est sur le point de vous ouvrir son cœur, comme une boîte de pralines.

Véritable Forest Gump des temps modernes, ses chocolats, lui, il les préférait fourrés et largement imbibés. Les bars lounges, les discothèques prestigieuses, les cafés miteux? Tant qu’on y servait de l’alcool et des minettes par torrents, il était preneur ! Partisan invétéré du célibat et du coup d’un soir, il enchaînait les conquêtes.

Mais au fond, il y avait un vide, une faille tenace. Il avait besoin d’une femme, de la femme : Lola. Beauté mystérieuse au regard intelligemment séduisant, elle avait tout pour plaire. Pour lui plaire. En un coup d’œil et quelques mots, son cœur de mâle avait chaviré. Seule ombre au tableau : il ne possédait d’elle qu’un pseudonyme. Il se mit alors à sa recherche, résolument prêt à enterrer ses vieux démons et intrinsèquement convaincu d’avoir trouvé une perle, imparfaite mais idéale. Son idéal.

Loin du roman de gare larmoyant, Denis Daniels se pare d’une plume franche et chargée d’humour dans le but de nous livrer une histoire sentimentale, de mec. Pleine de sensibilité, de poigne, de doutes. Mais également de filles et d’alcool.

Maribé, De pierre et de sang

10900133_1432437753683449_4717875710198119977_o

Vivre reclus dans une sombre abbaye coupée de tout et de tous, bien loin des divers conforts apportés par la technologie, qui donc en aurait envie? Cela était toutefois bien loin d’effrayer Eliot Gorova, véritable Chevalier Dragon des temps modernes et professeur de français de formation c’est sans surprise qu’il envoie sa candidature à l’abbaye de Koritnik, un pensionnat pour orphelins. Il en était persuadé: sa volonté de devenir maître d’école pouvait, sans nul doute, braver les pires épreuves. Qu’importent les douches dont la température de l’eau n’excède, au grand jamais, les vingt degrés. Tant qu’il échappe à l’emprise de sa mère, tombée dans l’alcoolisme suite à la mort tragique de sa petite sœur Louise, il est heureux. Mais, par-dessus tout, l’abbaye regorge d’un nombre incalculable de gargouilles et autres chimères, véritables pêchers mignons d’Eliot qui leur voue une passion sans bornes. Si seulement il avait su… A son arrivée à Sainte-Anastasia, il découvre un pensionnat austère, tenu par des moines aux comportements bien étranges. Les allées et venues des élèves à l’infirmerie, les ouvrages confisqués par le Père Benoît, les cryptes secrètes et les disparitions inexpliquées éveillent alors chez Eliot de nombreux soupçons. Bien décidé à découvrir la vérité, il n’hésite pas à mettre sa propre existence en danger. Et si les gargouilles qu’il aime tant se révélaient plus humaines qu’elles n’y paraissent?

Avec De pierre et de sang, roman noir et captivant, Maribé nous tient en haleine par le biais d’une plume envoûtante.

Nancy Vilbajo & François Bouton, SNCB mon amour

10872845_800213786681672_1166986197689896536_o

La SNCB, vous connaissez ? Mais si, cette fabuleuse société qui vous emmène allégrement (ou pas) sur les Chemins d’Enfer ! Je suis persuadée que, si vous ne l’avez point subie, vous en avez au moins ouï dire, tant les déclenchements de maladies nerveuses chez ses utilisateurs sont innombrables.

 

Nancy, elle, la connaît : par coeur. Navetteuse accomplie, elle a tout subi. Du voisin de banquette qui, de beau matin, se délecte de tartines au salami à l’ail au navetteur qui semble avoir développé une allergie chronique à toute substance lavante, en passant par les gorets reniflant, les dormeurs bavant (avec ou sans ronflements), les contrôleuses mégères ou encore les vaches suicidaires : elle les reconnaît tous, ces enfumés du rail. Chacun d’eux possède ses caractéristiques propres, sa méthode établie pour transformer votre paisible trajet en un bagne sans nom. Ne vous méprenez pas, ils sont bien rodés : des années qu’ils peaufinent leur art, ces cons ! Seuls les conseils avisés d’une voyageuse accomplie pourront, peut-être – je dis bien, peut-être -, vous aider à les reconnaître et à les esquiver avec brio. Ainsi, afin de mener à bien sa tentative d’étude de l’ethnologie « trainesque », elle dissèque, de son oeil acerbe, la faune, la flore et la mécanique qui s’offrent à elle dans l’espace contigu de son wagon. Elle pianote alors une multitude de statuts, partageant sur Facebook la moindre anecdote, qu’elle soit horripilante ou cocasse. Surnommée la Blonde Warrior du rail, c’est avec un humour détonant que Nancy Vilbajo nous livre les aventures d’une année de navettes Binche-Bruxelles/Bruxelles-Binche, illustrées par l’exquis et pétillant crayon de François Bouton.

Un livre à déguster dans le train, la couverture en évidence, confortablement installé sur la banquette en simili-cuir (ou avachi dans votre canapé, ça marche aussi)! Personnellement, j’adore et j’en redemande ! (allez Nancy, reprends le train, on t’en supplie !)

Les Editions du Basson à la Foire du Livre

 Plan-FLB%20ok%20nouv[2]-1

Envie de les découvrir, de leur parler, de leur arracher plume et tee-shirt? Ils vous attendront du 26 au 1er mars 2015 à Tour&Taxi, accompagnés de leurs acolytes éditoriaux, au stand 233 ! Moi j’y serai et j’en rêve déjà la nuit !

Rejoignez notre page Facebook ! Les Editions du Basson vous offre votre livre préféré ainsi que des entrées pour la Foire du Livre ! (quand je vous disais qu’ils étaient gentils!).

Coco

26 réflexions sur “Foire du Livre : Les Editions du Basson présentent une collection printemps-été détonnante !

    • plumesdec dit :

      Félicitations Angela ! Vous avez remporté le premier prix ! Contactez-nous en message privé sur Facebook afin que nous puissions vous faire parvenir vos places ainsi que votre livre ! 🙂

      J'aime

  1. Séphora Cekevda dit :

    J’ai liké avec le nom « Enfer Damnation » héhé. J’aimerais recevoir « 22h22 » 🙂
    Merci beaucoup pour ce concours très sympathique !

    J'aime

  2. Mélanie Benor dit :

    Bon inutile de préciser mais je le fais quand même… J’ai liké avec le prénom et nom qui est le mien et que tu connais sans aucun doute: Mélanie Benor et j’aimerais être en accord avec les trajets que je fais tous les jours donc je vote pour « SNCB mon amour »! 😀

    Aimé par 1 personne

  3. Maryline Monnier dit :

    J’ai jamais rien gagné, mais sait-on jamais…
    J’ai liké sous le nom de « Jude Riley » et en tant que navetteuse désespérée de la ligne Mons-Bruxelles, j’adorerais gagner le livre « SNCB mon amour ».

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s