Les modes de notre enfance #CreativeContentIcon

zalando-challenge

© Plumes de C.

Il y a quelques jours, nous avons été approchées pour participer au Creative Content Awards, organisés dans le cadre des Zalando Style Icons 2016. Le défi ? Mettre notre plume et notre créativité au service de la mode. Un challenge de taille, qu’on a, une fois de plus, décidé de relever en toute dernière minute… non sans entrain et folie.
Prêts à découvrir notre participation aux Zalando Style Icons Belgique // Creative Content Icon ? C’est parti !

La mode – ou plutôt les modes. Sujet vaste, varié mais intemporel car remis en question, chaque année – voire même chaque semestre – et ce depuis des siècles. Échappatoire social ou carcan moral, l’habillement est fort souvent subjectif, bien que les dictats de la mode persistent à imposer au monde ce qui est en vogue… et ce qui ne l’est pas.

Si la mode a su toucher tous les âges et tous les sexes, une période demeure inondée d’innocence pour le sujet : l’enfance. Toutes les couleurs nous semblent accordables. Toutes les matières portables. Nous ne faisons pas la moue devant du velours côtelé. Nous sautons de joie face à une jupe en tulle. Nous pleurons pour des paillettes, des matières soyeuses et des brillants à n’en plus finir.  Nous accordons, bien maladroitement, le sweat hérité de notre grand frère avec les talons aiguille chipés à maman. Rien n’est à notre taille. Tout est dépareillé. Et pourtant, nous persistons à le croire… on a du style !

À cinq comme à dix ans, tout est donc possible. Tout est même vivement permis.
Recevoir systématiquement des invités avec une robe de princesse. Sortir au supermarché avec la tenue de notre héroïne. Qui ne l’a jamais fait enfant ? Et qui n’en a jamais rêvé à passé vingt ans ?
S’il est bien plus complexe d’oser se vêtir comme Cendrillon pour briller à un entretien d’embauche, et de revêtir la cape d’invisibilité pour échapper à un repas de famille ennuyeux, il est toutefois encore possible, la vingtaine atteinte, de s’inspirer des grands modèles de notre enfance. Ces personnages de films, de livres, de séries ou de longs métrages animés qui ont rythmé nos matins dans le fauteuil, et nos nuits sous la couette, à la lumière de notre lampe de poche.

La Belle et la Bête, Harry Potter et Friends. Trois de nos meilleurs souvenirs au sein de la culture pop. Trois univers que nous avons décidé de détourner, à la mode de chez nous. À la mode d’aujourd’hui. Parce que oui, malgré leur grand âge, ils sont encore terriblement actuels !

LA BELLE & LA BÊTE, par Coco

img_1595

Disney ? J’en suis une inconditionnelle. J’ai regardé l’ensemble des longs comme des courts métrages d’animation à en donner la nausée à toute ma famille. Et j’ai parcouru le parc parisien des centaines de fois, et ce dès mon plus jeune âge. Je n’étais donc pas seule à en être baba. Quel bel esprit parental que d’excuser leur profonde envie de voir Mickey par la passion de leur petite princesse ! Mais je ne peux m’en plaindre…
J’ai mangé Disney, vécu Disney, grandi Disney… si bien qu’aujourd’hui, je vis encore un peu (beaucoup) avec les amis de la célèbre souris aux grandes oreilles.

Cela serait mentir que de dire que je les aime tous. Toutefois, rares sont ceux que je ne porte pas vraiment dans mon cœur. Mais lorsqu’on me demande quel est mon animé préféré, la réponse est sans appel et ne demande pas un quart de seconde réflexive. La Belle et la Bête demeurera la seule, et l’unique : la plus belle des histoires, jamais racontée.

Sorti en 1991, ce film d’animation m’a vue grandir, si bien que la cassette vidéo est désormais dans un bien piteux état. Très tôt passionnée par le merveilleux monde de la littérature, je me suis immédiatement assimilée à Belle, rêvant à des bibliothèques sans fin et, surtout, à une échelle sur laquelle j’aurais pu me lancer à la recherche du « plus beau des romaaaaans ».
Vêtue de ma belle robe jaune ou de la bleue, c’était selon, je mimais mon héroïne, lisant un passage en chantant, tout en envoyant valser les livres d’images à droite, à gauche, et surtout sur ma pauvre maman qui tentait désespérément de les rattraper.
Belle était pour moi symbole d’une grande intelligence, d’une extrême bonté mais surtout d’une beauté sans pareille. À chaque visionnage, je frissonnais lorsqu’elle revêtait sa robe de lumière, descendant les marches sur une musique cristalline.

Emblème de mon enfance, cette robe m’a suivie partout. Tout le temps. Mais aujourd’hui, j’ai beaucoup grandi, et je ne peux résolument plus porter la robe dorée que je chérissais tant pour fêter mon anniversaire ou pour dîner avec ma Bête… euh mon prince ! Il a fallu trouver plus sobre, plus élégant… mais toujours doré !

IMG_1590.JPG

IMG_1607.JPG

img_1601

IMG_1593.JPG

IMG_1584.JPG

IMG_1586.JPG

IMG_1623.JPG

Veste : Zuiki – Robe : H&M – Boots : Sacha – Boucles d’oreilles : Tiroir de Lou

 

HARRY POTTER, par Coco & Charlie 

img_1540

Lors de nos soirées-pyjama, nous aimions parler de notre enfance, de nos nombreuses anecdotes mais aussi des livres et des films qui nous avaient marqués.
Si nous n’avions pas toujours lu ou vu les mêmes choses, il y a un point sur lequel nous ne pouvions qu’être d’accord : le désormais sacré Harry Potter.

Alors que nous avions découvert, à huit ans seulement, les premières aventures couchées sur papier du plus magique des binoclards, cela ne nous empêchait pas – près de quinze années plus tard – d’organiser des veillées « Harry Potter » entre deux journées universitaires. Potterhead jusqu’au bout de la baguette, l’âge ne nous a pas non plus empêchées de pousser une pointe jusqu’à Paris pour découvrir la fameuse – et pourtant pas si terrible – exposition avant tout le monde.

Si le seul nom de Poudlard rend notre petit cœur tout fou, c’est certainement d’Hermione que nous nous sentons les plus proches. Espiègle mais cultivée, la première de classe a progressivement su laisser tomber sa « mauvaise » étiquette pour devenir la plus branchée des copines intellos. Quelle fille n’a d’ailleurs pas rêvé de sa robe de bal, de son retourneur de temps ou encore de son sac sans fond ?
Plus qu’un personnage pour nous, Hermione est devenue un modèle, incarné par une actrice aussi stylée qu’engagée. Car Hermione, c’est aussi et surtout Emma Watson, une féministe comme on les aime, qui dénonce les manquements à l’égalité homme-femme, qui porte haut nos idéaux et qui n’hésite pas à encourager la lecture – en cachant notamment des romans féministes dans le métro londonien – à une époque où les plaisirs numériques connaissent davantage de succès.
Un exemple pour nous toutes – pour nous deux en tout cas – qui inspire tant nos gardes-robes que notre façon de penser. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si, après Hermione, c’est Belle qu’elle a choisi d’incarner sur le grand écran…

Pour l’occasion, nous avons décidé de moderniser le traditionnel, et on ne peut plus austère, look de Poudlard et de la maison Griffondor. Du jaune, du bordeaux, un vif d’or moderne autour du cou et l’affaire est dans le sac… sans fond !

img_1542

img_1550

img_1557

img_1569

img_1567

img_1563

img_1572

img_1573

Gilet, chemisier, jupe, boots et sac : Zara – Montre : Oozoo – Collier : Tiroir de Lou – Boucles d’oreille : 7bis – Lunettes : Chanel

 

FRIENDS par Charlie

IMG_1610.JPG

Friends fait partie des rares séries que je pourrais regarder en boucle. D’accord, Desperate Housewives, Pretty Little Liars, ou encore Game of Thrones, sont toutes des séries hyper prenantes à regarder, mais une fois que l’on connaît l’intrigue, la série perd fortement de son intérêt. Et c’est là que Friends prend toute sa valeur : peu importe que l’on connaisse tous les épisodes par coeur, les personnages nous font toujours autant rire. On connaît chacun de leurs petits travers. On s’esclaffe devant les mimiques de Ross, on sourit devant les maniaqueries de Monica, on glousse en entendant les blagues cyniques de Chandler. Progressivement, cette joyeuse bande d’amis est devenue la nôtre, et chaque épisode constitue le parfait remède pour les jours de déprime. Comme un vieil ami qu’on avait plus vu depuis longtemps et qui nous avait profondément manqué.

J’ai commencé à regarder cette série au milieu des années nonante. À l’époque, en bonne cadette que je suis, j’étais plutôt soumise à mes frères en matière de programme TV. Il faudra d’ailleurs que je vous raconte la fois où mon frère aîné, lassé de mes supplications pour regarder Bla-Bla, a décidé de faire mon éducation cinématographique en remplaçant ma dose de cartoons quotidiens par Dracula. Je devais avoir quatre ou cinq ans. Mes draps s’en souviennent encore. Mais ça, c’est une autre histoire. 😉 En ce qui concerne Friends, rien d’aussi terrifiant. Et heureusement ! Simplement, je ne comprenais pas la moitié des vannes, mais m’esclaffait tout de même par mimétisme envers mes grands frères.

En ce qui concerne la mode dans Friends, ça aussi, c’est toute une histoire. Il y a quelques années, j’avais eu quelques conversations avec des amies outrées par les audaces des premières saisons. À l’époque, les petites salopettes de Monica et les mom jeans de Rachel leur piquaient aux yeux et leur faisaient juste penser aux fringues que mettait leur mère. Sauf que depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Le velours et les crop tops sont à nouveau à l’honneur dans toutes les grandes chaînes. À croire que plus ce sera vintage et plus ce sera à la mode. Personnellement, j’aime assez ce retour en arrière, je pense simplement que pour notre bien à tous, certaines pièces se doivent de rester attachées au passé. Un exemple ? Je pense notamment aux célèbrissimes Buffalo qui sont aussi belles que les chaussures à semelles orthopédiques de ma grand-mère, et aussi classes que la tendance « ronny » qui exigeait de rentrer le pantalon de training dans les chaussettes de sport blanches.

Pour ce look inspiré nineties, nous avons donc opté pour une robe salopette noire, ainsi qu’un T-shirt moulant blanc. Et puis des derbies noires à semelles compensées pour la touche plus actuelle. La cerise sur le gâteau étant le petit message sur le top que l’on trouvait parfaitement adéquat pour décrire la folie de Phoebe.

IMG_1613.JPG

IMG_1614.JPG

IMG_1615.JPG

IMG_1616.JPG

IMG_1617.JPG

img_1618

IMG_1620.JPG

IMG_1621.JPG

img_1619

Robe : New Look – Tee-shirt : Brandy Melville – Choker et sac : Zara – Montre : Casio – Pompons : Fringes by A.

 

Et vous, quelles sont vos inspirations mode ? Quel personnage a marqué votre enfance par son style ?

Modeusement  vôtre,

Coco & Charlie

4 réflexions sur “Les modes de notre enfance #CreativeContentIcon

  1. fanelli Antonino dit :

    Moi j’aimais bien le style de Will Smith dans le Prince de Bel air… Toute mon enfance… Maintenant quand je regarde les photos je me dis : »nooooooon j’ai pas mis ça…  »
    Un deuxième personnage qui me vient à l’esprit c’est le manga arsène lupin II…. Je kiff ce gars

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s