Les soleils du 9e art… Ou comment prolonger l’été en BD !

Processed with VSCO with hb1 preset

En Belgique, c’est encore l’été. Il n’y a qu’à regarder par votre fenêtre pour vous en convaincre. Du soleil à gogo, de rares petits nuages de barbe à papa et un air doux comme de la soie. Perplexes ? Comme je vous comprends…
Voilà de nombreux week-ends que je suis enfermée, le plaid remonté sous le nez.
Les collègues du bureau, eux aussi vous rappellent tous les matins  à quel point il fait moche. Mais rassurez-vous, « ça va mieux que le temps. »

Bref, une énième tirade sur la grisaille n’est, semble t-il, pas nécessaire. Il fait moche : vous le savez comme je le sais, et ce n’est pas prêt de s’arranger.

Alors, pour ne pas me transformer en vieille grincheuse (ah, c’est déjà trop tard ?), j’ai rentabilisé mes enfermements forcés. Et je me suis offert une virée au soleil, profitant des embruns à même mon canapé.  Impossible ? Pas avec ces cinq BD ! 

 

Les reflets changeants – Aude Mermilliod
Le Lombard

Couverture

© Mermilliod / Éditions du Lombard (Dargaud Lombard s.a.) 2017

 

Véritable pépite de la rentrée, Les reflets changeants est le fruit de la talentueuse dessinatrice toulousaine Aude Mermilliod, notamment publiée aux éditions Pow Pow.

Lesrefletschangeants

Premier prix Raymond Leblanc en 2015,  le synopsis a pour ambition de nous conter, sur fond d’été, le pouvoir et surtout la beauté de la destinée. Cette destinée pour qui les couches sociales, les âges et les origines n’existent pas vraiment. Ce bien nommé coup du sort, qui nous rappelle souvent la briéveté de la vie ou plus largement l’emprise que nous n’aurons jamais vraiment sur nos vies respectives.

Trois existences sont ici présentées au lecteur intrusif. Bulles de savon, aussi légères qu’imprevisibles, aussi fascinantes qu’éphémères : trois vies. Trois générations.
Trois personnages, touchants de vérité, qui voient leurs destins respectifs se lier, au hasard d’un carnet oublié sur le quai d’une gare ou encore d’un imprévisible accident ferrorivaire.

 

 

Les Beaux Étés – Jordi Lafebre et Zidrou
Dargaud

Couverture.jpg

© 2017 – Zidrou – Lafebre – Dargaud Benelux

Les Beaux Étés, c’est l’histoire d’une famille : les Faldérault.
Chaque année, c’est la même rengaine. Après avoir enfin remis ses dernières planches (presque) en retard, Pierre, le père, peut enfin partir en vacances avec l’ensemble de sa marmaille. En Norvège ? Non ! En Laponie ? Non plus ! Mais où donc ? Dans le sud, bien sûr ! Mais cette année, sale nouvelle : Gros-papy et Yvette-la-parfaite sont aussi du voyage…

Avec ce troisième tome, Jordi Lafebre et Zidrou maitrisent toujours cet incroyable pouvoir : celui de raconter le bonheur. Le doux, le vrai. Celui de la famille, et de ses innombrables frasques.
Tome après tome, on retrouve des couleurs aussi douces que mélancoliques et des personnages pleins de bonhomie. Mais aussi, et surtout, une famille belge attachante, qui respire l’amour et la joie d’être, malgré tout, ensemble.Page 11.jpg

D’année en année, c’est le même plaisir. Celui de se souvenir, à travers le talent graphique de Jordi Lafebre, de ses propres vacances d’enfance. De ces interminables voyages en voiture, de ces pique-niques au bord de la route, de ces plongeons depuis la falaise, de ce rideau de pluie à la frontière.

Les Beaux Étés, c’est une véritable BD feel good qui ponctue systématiquement mes vacances et dont on a toujours qu’une seule hâte : se délecter de la suivante.

 

La marche du crabe – Arthur de Pins
Soleil

 

Lamarchedescrabes.jpg

© Éditions Soleil / De Pins

Depuis 400 millions d’années, toutes les espèces évoluent dans la joie et l’allégresse, développant un tas de nouvelles capacités pour finalement mieux se faire manger.

Dans l’estuaire de la Gironde, tout suit son cours. Les touristes affluent inlassablement dans la station balnéaire dès la haute saison, et l’évolution va toujours bon train.
Mais une espèce de crabes, fidèle à elle-même, marche depuis toujours dans la même direction, posant le problème de sa reproduction et, à terme, de sa survie.

lamarcheducrabe2.jpg

Dernière espèce de crabes non évolués, le Cancer Simplicimus Vulgaris intrigue en effet les scientifiques. Car après avoir marché droit sans discontinuer durant des milliers d’années, l’un d’eux a tourné. Et si ce changement insignifiant renversait complètement la hiérarchie insoupçonnée des crustacés ? Et si, finalement, le mouvement des crabes était en marche ?

 

Le culte des révolutions, la dérive dictatoriale, la récupération médiatique, l’importance du buzz et du profit sont autant de sujets sociétaux ici abordés en filigranes, par l’intelligence caractéristique d’Arthur Pins.

Lamarcheducrabe3.jpg

Jamais condescendante, La Marche du crabe est avant tout une fable graphique incroyable et, au sujet aussi drôle qu’original. Un fabuleux moment !

 

Cet été-là ! – Mariko Tamaki et Jillian Tamaki
Rue de Sèvres

 

cetétélà.jpg

© Rue de Sèvres, Paris, 2014

Depuis leur plus tendre enfance, Rose et Windy passent leurs vacances ensemble dans des cottages de location voisins, se retrouvant ainsi chaque été au bord du lac Awago.
Un été tranquille, durant lequel leurs journées sont ponctuées par les baignades les barbecues familiaux, les films d’horreur loués en cachette et les passages au vidéo club.
Mais cet été-là, les deux amies sont âgées de 11 et 13 ans : une différence d’âge ténue mais pourtant assez grande pour désormais marquer le gouffre de leurs différences et accentuer d’autant plus les changements de l’adolescence.

cetétélà3.jpg

Une belle histoire d’amitié, traitée avec raison et philosophie, dans ce roman graphique excellemment exécuté.

 

Une sœur – Bastien Vivès
Casterman

 

Vives2.jpg

© Casterman, Paris, 2017

Ce sont les vacances pour Antoine, 13 ans, et son petit frère, Titi. Véritables passionnés de dessin, rien ne semble pouvoir tirer les deux frères de leurs esquisses, titillant le papier de la plage au restaurant. Jusqu’à cette nuit où, en accueillant une amie de la famille, ils se trouvent contraints par leurs parents de partager leur dortoir avec Hélène, 16 ans. Si Titi nage dans l’insouciance de la jeunesse, ne serait-ce toutefois pas l’âge des premières expériences amoureuses pour Antoine ?

VIVES.jpg

À moins d’avoir vécu dans une grotte ces derniers mois, vous n’avez pas pu passer à côté du nouveau Bastien Vivès. Véritable sortie événement, ce nouveau roman graphique solo élève l’artiste au niveau de maître de la suggestion graphique. En quelques traits, Vivès nous plonge dans un environnement tout à lui, fait de délicatesse et de sensualité. Une ode aux frasques de l’adolescence, aux jardins secrets, aux premières fois et aux enfants qui changent…

 

Et vous, quelle est votre lecture qui fait revenir l’été ? Votre véritable coup de cœur découvert entre deux plongeons dans la piscine ? Dites-moi tout !

 

Lecturesurlesablement vôtre,

Coco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s